//
vous lisez...
L'idée à liste

L’Unicef ou comment dénigrer le père noël pour la bonne cause !

Les dessous de la mère noël

L’Unicef sort une campagne osée qui risque d’anéantir quelques rêves mais d’en réaliser beaucoup d’autres. En effet, si des enfants, scotchés devant leur télévision, ont pu regarder ce spot publicitaire, ils sont certainement tombés de haut.

Mais c’est pour la bonne cause !

Puisque que le père noël ne se donne pas la peine d’aller dans les pays pauvres (« I don’t do poor countries », Santa says in a villainous tone), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance le fera à sa place. C’est le message de la publicité satirique d’Unicef Suède.

///

//

/

L’agence de l’Organisation des Nations unies (ONU) utilise le côté subversif de l’image purement commerciale du père noël pour détourner ce personnage emblématique de Noël d’une manière très atypique. C’est un moyen puissant pour apporter la réalité de la pauvreté chez ceux d’entre nous qui peuvent se permettre de donner. L’Unicef est dans un schéma dualiste : solidarité vs marchandisation.

Certains se plaindront de l’utilisation de la culpabilité afin d’inspirer les dons de charité, pourtant, nous sommes bien loin des campagnes d’Action contre la faim, reconnaissables par la violence de leurs visuels :

 

Une grande majorité des messages humanitaires sont construits selon la même structure : une tonalité dramatique, un thème consensuel, une absence d’explications sur les origines de la situation, une approche simpliste et manichéenne et l’incitation au don, permettant au récepteur du message de dissiper son malaise face à une victime passive (n’existant que par son statut de victime).

Les campagnes de sensibilisation, à l’égal des campagnes publicitaires classiques, ont pour but principal de créer un malaise, un manque auprès du public. Le sentiment de culpabilité utilisée par l’Unicef n’est pas excessif comparé à d’autres campagnes humanitaires. De toutes façons, ne pas culpabiliser face à une telle abomination serait inhumain.

En résumé, doté d’un père noël ridicule et cruel ainsi que d’une note d’humour, ce petite pamphlet suédois, apporte une nouveau souffle aux campagnes humanitaires. L’Unicef se rend là où le père noël consumériste ne va pas (« We go where Santa doesn’t »), c’est-à-dire en Afrique, afin d’apporter un cadeau (?) plus que nécessaire aux enfants pauvres.

Voilà une façon intelligente de mettre la fiction la plus actuelle de la saison au profit des réalités de la pauvreté dans le monde.

 

Annonceur : Unicef (Suède) – 2011
    Agence : Forsman & Bodenfors
    Production : ACNE
    Réalisateur : Torbjörn MARTIN

À propos de Laëtitia Geneyton

Je communique beaucoup !

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

RSS Scoop it

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

Blog certifié par :

%d blogueurs aiment cette page :